Technologie - presque comme par magie

13.07.2017

Rechercheurs suisse ont developpé un bracelet pour téléguider des drones

L'équipe de Frank Clemens, du Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa), a développé un capteur en fibres dites piézorésistives. Intégrées au bracelet, elles détectent les déformations et les transforment en signaux électriques qui peuvent être lus et interprétés par un terminal. Ce qui permet de faire se mouvoir un robot d'un simple signe du doigt. Pour capter les mouvements, on utilisait jusqu'ici des capteurs visuels (caméras), des accéléromètres (capteurs d'accélération) ou encore des gyroscopes (capteurs de rotation). Toutefois ces modes de détection nécessitent des mouvements amples, exécutés avec une certaine vitesse et qui sont parfois peu naturels pour l'homme. Par contre, le nouveau capteur de l'Empa réagit déjà aux mouvements les plus fins que la main exécute naturellement. Pour réaliser des tests, les chercheurs ont intégré leur capteur dans un bracelet de montre conventionnel, afin de pouvoir être porté au poignet de manière discrète et sans gêner les mouvements.

Suites de mouvements

L'équipe est parvenue à programmer le capteur de manière à ce qu'il permette de commander un drone par de simples mouvements de la main. Actuellement, le perfectionnement de l'algorithme qui assure ce travail de traduction entre le capteur et la commande du drone est poursuivi dans le cadre d'un travail de bachelor à la Haute école spécialisée bernoise. Ainsi, le capteur ne pourra pas seulement reconnaître des mouvements simples mais aussi des suites de mouvements. Par exemple, la fermeture rapide par deux fois du poing déclenchera un autre ordre de commande que sa fermeture lente suivie d'une fermeture rapide. Une étudiante de l'EPFZ étudie également la possibilité d'intégrer ce capteur piézorésistif dans un ruban autocollant. Il ne faudrait alors même plus porter un bracelet, un simple ruban à peine visible sur le poignet suffirait alors pour interagir avec des appareils techniques ou des robots. (ats/nxp) 

Étudiant de la BFH-TI raffine l'application

Matthias Balmer, étudiant de l'informatique a la BFH-TI, a réalisé dans sa thèse par le professeur Marx Stampfli, en collaboration avec l'EMPA et STL, un drone avec une bande contenant des fibres piézorésistif sur le poignet. 

Contact

Haute école spécialsée bernoise, technique et informatique
Institute for ICT-Based Management
Marx Stampfli 
Tel: +41 32 321 63 38 
E-Mail

Liens

Articles dans les médias

Rapport dans EMPA Quarterly Q2 / 2017

Schweizerische Depeschenagentur SDA
Neue Zürcher Zeitung NZZ
Blick
Südostschweizer Zeitung
Watson (Online)

Telle est que si vous contrôlez un drone en pointant un doigt: